En début d’année avec Florent et Sandra nous parlions d’objectif pour la saison, j’ai lancé (sur le ton de la plaisanterie) que mon objectif était de faire le 34 km du radicatrail et vous savez tous comment est Sandra quand on lui parle d’une course que ce soit elle ou une autre personne qui fait la course elle ne vous lâche pas  jusqu’à l’inscription. Apres quelques hésitations je me suis lancé dans la préparation de cet objectif.
Pendant 3 moi je me suis entrainé pour être prêt le jour J, le bois du vivier n’a plus de secret pour moi j’ai fait tous les chemins en long, en large, en travers, seul ou accompagné par Alexandre, Florent ou mon père.

Durant la prépa j’ai douté à savoir si j’étais capable de faire une telle distance, heureusement coach Florent m’a motivé à continuer, même Gwen pour qui faire 34km est de la rigolade m’encourage à continuer et que ça le fera.
Deux semaines avant le jour Jà l’entrainement Antho et Florent propose de m’accompagner en faisant chacun la moitié du parcours cela me fait plaisir et me donne confiance je me dis qu’en cas de coup de mou ils seront là pour me booster.


Samedi veille de course je récupère mon dossard, je ne peux plus reculer mon défi m’attend, en attendant j’encourage les enfants, les copains et les copines du CCPB présents sur le 14km.
Dimanche 29 avril c’est le jour J, la nuit a été bonne, je me sens bien. Antho et Florent me rejoignent à la maison et on file chercher Corinne à Bolbec puis direction Tancarville. Là-bas nous retrouvons Didier, ainsi que Sandra et Nathalie engagées sur le petit défi, nous voyons Fabien aussi avant le départ venu nous encourager.

9h30 nous prenons le départ avec Antho, les premiers kilomètres sont vallonnés et nous sommes obligé de marcher souvent le peloton est encore bien groupé. Arrive la partie de la cressonnière dans le bas de Tancarville j’arrive à garder un bon rythme sur cette partie roulante, les deux premières grosses difficultés du jour se présentent à nous vers Saint Jean des Essarts je les montes en marchant, les jambes répondent bien j’arrive à relancer en haut de chacune des côtes. 

Avant le ravito nous croisons Cyril le beau-frère d’Antho venu à notre rencontre en VTT il fera un petit bout de chemin avec nous. Au ravito j’avale un verre de coca et mange un TUC pendant qu’Antho fait le plein des flasques. Nous voilà à Saint Antoine au kilomètre 17 ou nous attend Florent pour prendre le relais mais aussi Justine, mes deux enfants, la famille Loré et José. Louis court un peu avec moi, un coucou à tout le monde, je remercie Antho et je repars avec Florent à mes côtés. 

Le début de la deuxième partie est assez roulante je suis étonné de ne pas avoir encore de coup de moins bien. Nous arrivons non loin de l’abbaye ou une commissaire essaie d’ouvrir son parapluie je lui propose mon aide (et oui même le dimanche je fais du social) malheureusement je n’arrive pas à lui ouvrir et me rend compte quelques hectomètres plus loin que je me suis ouvert le pouce. 
Dans le bois de l’abbaye le premier coup de moins bien arrive en même temps que deux grosses montées, en haut les premières crampes se font sentir, je m’étire rapidement et filons vers le deuxième ravito. Sur les conseils de Florent je m’étire bien, je bois et mange suffisamment avant de repartir. Nous voilà repartis, il me reste deux heures pour faire les 11 derniers kilomètres qui seront les plus durs de « ma carrière » de traileur. 

La portion d’après ravito est un peu boueuse, suivi de chemins rempli de cailloux j’arrive tant bien que mal a alterné course et marche. Nous croisons une dernière fois Antho et José qui m’encourage mais que c’est dur. Au 28eme ras le bol général j’ai mal aux jambes, j’ai des crampes je veux arrêter et je ne prends plus de plaisir, Florent me pousse à ne pas arrêter et ne sachant pas ou nous sommes et sans téléphone il ne pourra appeler personne. Sans Florent à mes côtés à ce moment précis de la course j’aurai surement abandonné et je l’aurai regretté alors merci de m’avoir motivé à continuer. 

Les quatre derniers kilomètres sont difficile, juste avant la dernière grosse montée nous croisons un commissaire mangeant des curly, je n’ai qu’une envie me poser avec lui boire un coca et grignoter des curly!! On aperçoit Antho venu à notre rencontre pour terminer la course avec nous (que je les aime mes deux anges gardiens présent jusqu’au bout à mes côtés) .

Nous voilà de retour à Lillebonne après la dernière descente pour arriver à la ligne de chemin de fer, je suis obligé de m’accrocher a Florent pour réussir à descendre mes nouveaux muscles me font souffrir. Nous voyons Jean  Yves qui nous attend pour finir aussi avec nous, je franchis la ligne en 04h56, je suis fière d’avoir réussi mon défi. 
Ce trail m’a permis de découvrir de nouveaux muscles dont j’ignorai l’existence et d’avoir des douleurs musculaires pendant plusieurs jours.

Un grand merci à Antho et Florent de m’avoir accompagné durant toute la course, j’ai de la chance d’avoir des potes comme eux. Merci à toutes les personnes qui m’ont encouragé tout le long de la course. Bravo au CCPB pour les résultats durant ce weekend. 

 

Romain

   

Trail Tour Normandie ®  

Trail Tour 76

   

Bon Plan  

   
   
© CCPBeuzevillais © 2015