A l’occasion des vacances scolaires, je suis descendue en Savoie afin que Pauline passe la première semaine chez sa marraine du côté d Aix les bains. Le hasard du calendrier a voulu qu’il y ait un trail ce même week end du côté du Bourget du lac. Au départ, je devais le faire avec mon beau frère Fabien mais au moment de l’inscription, il ne se sentait pas prêt pour la distance. Pas grave, je me lance quand même dans cette aventure. 

Vendredi 29 octobre, sitôt le travail fini,  je saute dans le train avec Pauline. Arrivée un peu après 23h30 à la gare de Aix les bains. 
Dimanche matin, Fabien m’emmène au départ de la course pendant que les filles en profitent pour dormir. 9h40, les organisateurs demandent aux coureurs d’entrer dans le sas de départ. Fabien en profite pour m’avertir de partir doucement car dès le départ ça grimpe. Je me faufile vers la fin du peloton en me demandant bien ce que je fais ici….heureusement il fait beau.smiley
On nous prévient de partir prudemment car la première partie est plutôt « roulante » (1000 m de D+ pour 20 km quand même) Et il faut en garder sous le pied pour la deuxième partie beaucoup plus technique et difficile.

C’est depuis le village de Chanaz, que le départ est donné dans une belle ambiance. Il y a du monde en ce début de course pour nous encourager. Fabien ne m’avait pas menti, ça monte bien dès le départ,  le ton est donné pour la journée. …
Je pars prudemment. Un petit goulet et la course est lancée. Très rapidement je  deplis les bâtons pour m’aider dans les montées.  La première partie se fait facilement , alternant montées et descentes. Les sentiers sont agréables à courir (et à marcher 😉)

J’arrive au premier ravitaillement, dans un petit village perché, au bout de 11 km. A chaque ravito on contrôle nos dossards et on nous bip pour le suivi live. A peine reparti,  j entend mon téléphone bipper .  C’est agréable d’avoir tous ces messages d’encouragement Merci ! smiley

Le temps se gâte un peu sur les hauteurs. Je poursuis dans la même allure que ce début de course
Au 17 ème km, Fabien m’attend.  Il a déposé la voiture au sommet pour faire la partie la plus dure avec moi. Nous continuons tranquillement jusqu’au deuxième ravito. Je prend un peu plus de temps pour prendre des forces avant la partie plus difficile.  Les bénévoles nous souhaitent bon courage pour le morceau qui nous attend……6 km et 1000 m de D+

Nous repartons doucement. Comme attendue,  la montée est raide, le sentier est une alternance de rochers,  cailloux, racines et feuilles mortes. Je suis bien contente d’avoir les bâtons. La montée me paraît interminable. Fabien se met devant moi pour me faire le rythme. Nous empruntons plusieurs passages cordées dont un plus dangereux, mais des bénévoles sont présents. Fabien m’encourage afin de ne pas déprimer (j’en connais une qui m’aurait donné des coups de pieds aux fesses 😉😂)

Mais ça y est, le sommet commence à se dévoiler,  on aperçoit la dent de chat. Là  haut,  la vue fait vite oublier la difficulté pour monter.  Le décor : le lac du Bourget en contrebas, une petite brume et la chaîne alpine avec vue sur le mont blanc. L’endroit idéal pour faire des photos souvenirs.

Il reste encore 2 km pour rejoindre le 3eme et dernier ravito. Cette dernière montée jusqu’au relais se fait plus facilement,  j’arrive même à recourir. Là haut, les filles nous attendent 
Le dernier ravito est idéalement placé. Plus de montée et une vue magnifique. Petites photos souvenirs avec Pauline. Je reprend le chemin de la course. Fabien qui devait s’arrêter là,  décide finalement  de descendre avec moi jusqu’à l’arrivée

La descente se fait bien. Très rapidement je double quelques coureurs qui m’avaient doublé dans la montée.  Je suis assez facile jusqu’à ce que je m emmêle les pieds dans les bâtons d’un coureur : résultat une belle chute mais surtout une crampe qui me tétanise le mollet. Je suis incapable de me lever. Un coureur me manipule la jambe et au bout d’un moment la crampe disparaît d’un coup. Je continue à rythme plus prudent, redouble tout de même certains coureurs. 

La descente commence à piquer un peu les cuisses. Et c’est avec plaisir que je vois l’arche d’arrivée après 6 km de descente pour 1300 m de D-.
Ravi de ce premier trail en Savoie, 5h56 de course pour 34 km et 2050 m de D+.Finalement je crois que la descente m’a fait plus mal aux jambes que la montée.  
A refaire, super aventure : parcours très sympa, super organisation et je ne parle pas de la vue
Mais j’espère que la prochaine sera avec les souris  😉

Sandra

 

 

 

Un merveilleux weekend partagé entre amis ...

Nous voici partis vendredi de beau matin direction Millau et nous retrouvons dans un p'tit hotel sympa au pied du départ de la course ... le grand confort ... c'est un bon début et puis, on se met dans l'ambiance, il fait beau, retrait des dossards, pasta party, préparation minutieuse des sacs qui nous attendront au 42 puis 70ème kilomètre (on a du les faire et défaire et refaire 10 fois avec ma cops WAFA)...
Nous sommes tous conc
entrés et conscients du défi que nous aurons à relever le lendemain matin... petit dej à 7h00 pour un départ à 10H00... une bonne nuit pour être d'attaque... Ça y est... sur le départ, on restons groupés pour marcher jusqu'à l'arche et j'écoute les consignes d'Ozdem, un marathon en 4h30 4h45, tu gères, maintenant tu sais faire OK ... après le marathon, tu verras, et ne perds pas trop de temps sur les ravitos....

Le départ est donné, je veux profiter un peu de mes amis, Susy, Ozdem, Sev, Johnny... Yves et Jimmy sont déjà partis devant et là Ozdem me lance, tu n'es pas dans ton rythme... Wafa ma suiveuse en vélo m'attend au km 8 et nous partons et savourons les paysages sublimes de l'Aveyron.. Il fait chaud avec un petit vent tout de même... un régal.. la course est rythmée tous les 5km par des ravitos bien garnis et dans la bonne humeur et tout le long du parcours. Ma copine n'a pas d'égal pour mettre de l'ambiance... allez zezette... faut l'encourager ... je ne lui réponds pas toujours mais elle le sait, elle me porte. et ça y est marathon bouclé... dans les temps

Nous avons retrouvé Jimmy, Wafa m'attend à Millau, tout est prêt pour me changer, le confort... et je repars, allez bientôt la moitié du parcours le compte à rebours et lancé dans mon esprit, je me mets dans une bulle, Wafa chantonne, rigole, elle me dit, tu ne vois pas tu remontes plein de coureurs, je lui dit qu'ils ont peut être ralenti, elle me dit mais non t'es une machine de guerre, une polonaise, elle me réconforte et me faire rire...

Nous croiserons d'abord Yves après Sainte affrique en grande forme, Ozdem, Les filles Susy et Sev tout sourire wahou elles ont la pêche, et plus tard les garçons. Les 20 derniers km ont été plus difficiles à gérer musculairement mais la motivation était bien là ... l'aboutissement aussi d'un gros plan d'entrainement Merci Coach il se reconnaîtra... Bravo ma Sev tu es allée au bout et c'est un très bel exploit je t'admire, bravo Susy contente que vous ayez fait cette belle course ensemble et respect Yves wahou et les garçons top... le faire c'est déjà un exploit.MERCI MERCI A TOUS MES AMI(E)S DU RAMS et du CCPB pour vous très jolis messages d'encouragement. Et surtout, n'ayez pas peur ... allez au bout de vos rêves même les plus fous.

Isa

Le dimanche 22 juillet, un magnifique soleil nous attendait à Valmont pour partir à la découverte de la nouvelle voie verte. 
Première boucle vers les étangs de Colleville où certains seraient bien restés à taquiner tranquillement la truite !

Petit moment culturel avec passage à l'abbaye avant de s'installer pour le pique-nique aux abords du vivier de Valmont. 
Bulles à l'apéro offertes par Marie-Charlotte en l'honneur de ses petits-enfants Tom et Fiona qui ont brillamment été reçus à leurs examens. 

Puis continuation vers Riville par bois et plateau et retour par la voie verte fort heureusement ombragée car le soleil tapait fort ! Quelques exercices d'assouplissement avant de rejoindre la fraîcheur du vivier pour un petit goûter bien mérité après avoir parcouru environ 20 km dans la journée. 

Certains marcheurs envisagent de remettre en état leur vélo ( ou mieux encore de se faire offrir une bicy électrique)  pour effectuer le parcours complet: 80 km de Fécamp à Dieppe. 
Mais, on peut aussi venir en famille pour balade tranquille, avec trottinette ou rollers, ou même déambulateur !!!

A bientôt sur d'autres chemins,
Michèle et Nadine 

Toutes les photos

Reportage d'un soir , pour un photographe amateur !!! Agréable soirée de l'extérieur !!! 

stress ou échauffement on ne sait pas mais des jolis dos ! 

 

ah oui de face trop mimi !

enfin il en manque un ! mais bien entouré , quelle chance !

 

Le groupe au départ ! avec 2 intrus !

Dans le starting bloc !

    

le sourire pour certains, lunettes noires pour les intrus , concentration pour les autres !

le Duo des bolides " cols fermés " et sourire


Et hop , coup de pistolet !
regard sur la montre , les gourdes pleines , certaines avec le téléphone au cas ou ....

   

et le 21 , sur de lui , part très fort !

Au 1er passage du ravito !

Eux non rien compris au Duo : 1 devant et derrière son compère , col ouvert pour faire voir son torse !

   

"26" en souplesse !


"25" le plus jeune survole , le papa suit !

"104" toujours aussi mignons !


"22 et 23" , séparé de peu ! on a retrouvé l'absent ! concentrés , tendus , regard devant , le sourire laissé  à la maison ! 

   
et un jeune CCPB perdu au milieu de tout le monde en train d'appeler sa mascotte un peu plus loin derrière !

  
"24" voilà le ravitaillement des bidons ! 

Et j'avais oublié les intrus , passées trop vite , de dos au loin ! mes excuses !

Enfin l'arrivée après 10 km !

"19" enfin le Duo reformé , une arrivée ensemble , bouche ouverte !


"26" grimaces et sourires ! un podium pour ce Duo !


"25" la famille toujours unie en toute décontraction !


"22 et 23" des inséparables , regard sur l'arrivée , bras ballants , les yeux fermés ! comment font-elles ? mais oui les guides sont présents !


"21" en mode marche ! le jeune CCPB à retrouvé son compère !


"24" avec le sourire et les bidons pleins ! normal tous les ami(e)s étaient devant !


"27" et voilà nos "lunettes noires" , mais oui elles sont là , arrivées , les portables cachés et bien sur avec le sourire !!!

FELICITATIONS à toutes et tous dans la bonne humeur !!!

Ludo

TOUTES LES PHOTOS DE LUDO

 

Les instances dirigeantes du CCPB ayant fait la remarque d’un défaut d’articles sur les randonnées, voici le récit authentique des évènements qui se sont déroulés vendredi 22 juin à l’occasion de la sortie nocturne habituelle pour fêter l’arrivée de l’été et donc du beau temps.

Commençons par le pique nique. Comme toujours, il n’est pas de repas sans apéro au CCPB (ce qui prend déjà un certain temps) ni de dessert avec un coup à boire et des gâteaux. Cette année, c’était en l’honneur de Laurence et Guillaume, nouvellement mariés qui sont venus spécialement trinquer avec la trentaine de participants. La partie pique nique s’est elle résumé à des salades diverses et variées dont chacun apporte plus que de raison.
La randonnée a conduit la vingtaine de courageux par le Château, le Parc d’Anxtot, le Moulin et un retour sur Beuzeville sur une dizaine de kilomètres où Laure et Fafa ont même aperçus quelques vers luisants.
Le ver luisant, le connais
sez-vous ? Non, alors vous allés être surpris !
Tout d’abord, le ver luisant n’est pas un ver, c’est un insecte du genre coléoptère dont la femelle émet une lumière. 
Mais à quoi peut bien servir cette bioluminescence ? Là, ça devient intéressant.
Par une chaude nuit d’été, mademoiselle ver luisant allume le lampion de la partie inférieure de son abdomen, c'est-à-dire de son bas-ventre, c'est-à-dire… (censuré !) en quête d’un compagnons qui pourrait la « visiter ». 

Le mâle aux yeux hypertrophiés et par lumière attiré, n’ayant même pas à « regarder sous les jupes des filles » comme l’aurait chanté Souchon se met en devoir de satisfaire sa compagne d’un soir dont l’intensité lumineuse diminue lors de la copulation qui a souvent lieu à même le sol sur l’herbe.
Une fois la chose accomplie et la reproduction assurée, le mâle arrête de s’alimenter et se laisse mourir. La femelle en fera tout autant après l’éclosion des larves sans doute par respect envers son amour d’un jour.

Moralité :
Il n’y a donc pas de « moralité » chez cet animal encore plus lubrique que nous autres humains et je n’ose imaginer les pensées qui traverseront vos esprits, vous autres lecteurs de mes élucubrations prosaïques, lorsque vous verrez à nouveau ces petites « allumeuses » au bord des chemins. 

Après ça, y’a plus rien à dire sinon que Nadine Hervieux nous donne rendez-vous le 22 juillet pour une autre histoire de « nos amies les bêtes » en chemins du côté de Valmont.

Jean-Marie

   

Trail Tour Normandie ®  

Trail Tour 76

   

Bon Plan  

   
© CCPBeuzevillais © 2015